Page 1 sur 1

[Blog] Messor barbarus

Message non luPosté: Mar 28 Déc 2021 00:11
par Antoine
Après plusieurs déménagements successifs, qui m’ont obligé à abandonner l’intégralité de mes colonies, me voilà de retour avec deux espèces faciles d’élevage et plus adapté à ma vie étudiante : j’ai nommé Messor barbarus et Lasius emarginatus. Ce blog est ici dédié aux Messor barbarus. Il me permettra, en plus de garder une trace écrite de leur évolution, de vous partager ma réussite !
problablement mon échec :-p

Quelques mots sur cette espèce :
Les Messor barbarus sont à fondation indépendante et monogyne. Elles présentent un polymorphisme important, avec trois castes : minor, média, major. Les médias, les majors et les gynes abordent une tête rougeâtre très caractéristique de l’espèce. Pour ce qui est du régime alimentaire, les Messor barbarus sont granivores, bien qu’un apport ponctuel d’insectes permette un bon développement des larves.

Pour ce qui est de l’alimentation de ma fondation, un mélange de graines pour oiseaux et un apport régulier d’insectes sont suffisants. De plus, je récolte régulièrement des graines de pissenlit dont elles raffolent ;-) .

C’est une espèce qui a besoin de diapause. Celle-ci doit durer trois mois, aux alentours de 10°C. Pour ma fondation, la diapause se fait généralement de novembre à mars et aux alentours de 8°C. Plus froide et plus longue que les diapauses conseillées, mais j’essaye au maximum d’imiter les conditions naturelles.

La fondation :
Je vais ici faire un bref récapitulatif de la fondation, puisque j’ai celle-ci depuis 2020.
2020 :
J’ai reçu début 2020 une gyne seule (pas de couvain ni d’ouvrières) d’un site bien connu, en complément d’une commande. La gyne n’a pas fait de diapause, n’a pas de couvain, n’a pas d’ouvrières : je m’attends donc logiquement à un échec, d’autant plus que ce site n’est pas réputé pour sa fiabilité niveau fondation… Et pourtant un mois et demi plus tard, bonne nouvelle : deux ouvrières sont nées. Mais mauvaise nouvelle : les deux sont malformées *bad* . Elles ne tiennent pas trop sur leurs pattes, ne sortent pas et restent prostrées. Problème d’alimentation durant le stade larvaire ? La semaine suivante, il n’en restera plus qu’une. Pourtant, le reste de l’année c’est très bien passé, puisque la diapause s’effectuera avec quinze ouvrières et un couvain composé de larves. C’est parti pour une diapause de quatre mois à 8°C !
2021 :
Sortie de la diapause, tout semble s’être bien passé : les ouvrières et la reine sont un peu groggy, le couvain semble intact. Seule l’ouvrière malformée qui avait réussi à s’en sorti jusqu’ici n’a pas eu autant de chance. C’est donc reparti pour une nouvelle année, qui se déroulera sans accroche, avec une trentaine d’ouvrières pour l’entrée en diapause de ce 1er novembre *amen* . Elles y resteront donc jusqu’au 1er mars.

Affaire à suivre !

Pas de photos pour le moment n’ayant pas pensé à en prendre. Cependant c’est promis, je mettrais des photos pour la suite *oups* !

Vous pouvez discuter sur le Q/R juste ici.