[Blog] Présentation de mes colonies & fondations

Vous pouvez suivre ici la vie et l'histoire de certaines colonies de fourmis des bloggeurs.
Avatar de l’utilisateur
TheoBriat33
Sexué Mâle
Sexué Mâle
Messages : 494
Inscription : jeu. 11 avr. 2019 21:41
Genre :

[Blog] Présentation de mes colonies & fondations

Message non lu par TheoBriat33 »

Bonjour à toutes et à tous !

J'aimerais tout d'abord vous souhaiter la bienvenue sur ce blog.
Celui-ci sera rédigé de manière assez succincte, puisqu'il s'agit ici de faire une sorte de résumé de l'avancement de mes différentes colonies et fondations, sans avoir à faire un blog pour chacune d'entre elles. Pour le plaisir des yeux, il sera illustré par des photos qui je l'espère rendront ce blog intéressant à suivre. Mon matériel photo est modeste mais je m'efforce d'obtenir les meilleurs résultats possibles.

Le Q/R :arrow: viewtopic.php?f=53&t=31910.

Aphaenogaster sp. aff subterranea
Il s'agit ici d'une petite colonie que j'ai trouvé fin Mai 2020 entre deux morceaux de tuile partant à la décharge, lors de la rénovation de mon toit. Il y avait à l'origine une cinquantaine d'ouvrières.

Elles raffolent des substances carnées et ont le droit à leur insecte quotidien.

C'est une espèce que je trouve fascinante à l'observation.
Les ouvrières du genre Aphaenogaster ne pratiquent pas de trophallaxie, elles ont donc trouvé un moyen très ingénieux de rapporter d'importantes quantités de nourriture dans le nid. Elles déposent un substrat (sable, bois, terre), que je leur met à disposition, dans les gouttes de liquide sucré, le laissent s'imbiber de ce dernier pendant environ 24 heures, puis reviennent le chercher pour l'emmener dans le nid et nourrir les larves, la gyne et les autres ouvrières.

:arrow: Nombre d'ouvrières au 02/08/2020 : environ 150.
:arrow: Type de nid : béton cellulaire.
Aphaenogaster sp. dans leur nid., [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Aphaenogaster sp. dans leur nid.
Camponotus lateralis
Une belle petite fondation que j'ai reçu de @Sonaclov le mois dernier. Je comptais alors 7 ou 8 ouvrières et il y avait une paire de cocons, quelques petites larves et des œufs.

Connaissant les tendances xérophiles de cette espèce, je leur ai vite confectionné un nid répondant au mieux à leurs besoins, sans humidité ambiante donc.

Dans une petite boîte en plastique, j'ai coulé une fine semelle de ciment. Lorsque celui-ci a commencé à durcir, j''y ai déposé quelques coques de noix, préalablement percées pour y permettre l'accès.

J'ai connecté le tube à essai au nouveau nid, et en quelques jours la fondation avait déménagé dans une des coques.

:arrow: Nombre d'ouvrières au 02/08/2020 : 10.
:arrow: Type de nid : coques de noix.
Gyne Camponotus lateralis, ouvrières et couvain, dans une coque de noix., [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Gyne Camponotus lateralis, ouvrières et couvain, dans une coque de noix.
Camponotus vagus
J'ai sauvé cette petite fondation de Camponotus vagus, quand mon voisin et moi même allions jeter au feu le morceau de bois dans lequel elles avaient élu domicile. J'avais en même temps, et dans le même morceau de bois, trouvé une autre gyne Camponotus vagus que j'ai mis en tube, et dont @Libertango est maintenant l'heureux éleveur.
Cette fondation comptait alors 4 ouvrières et une dizaine de cocons.

:arrow: Nombre d'ouvrières au 02/08/2020 : 37.
:arrow: Type de nid : plâtre creusé.
Gyne Camponotus vagus, ouvrières et couvain., [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Gyne Camponotus vagus, ouvrières et couvain.
Ouvrières Camponotus vagus et couvain., [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Ouvrières Camponotus vagus et couvain.
Formica sp.noires
Je possède à l'heure actuelle deux fondations de Formica sp. noires. L'une que j'ai reçue de @Lebenêt contre ma fondation de Plagiolepis sp., et l'autre que j'ai reçue de @Cheevi.

Plus je les observe, et plus j'ai l'impression qu'il s'agit de deux espèces différentes.
En effet, les deux fondations ont des comportements assez différents, et il y a également une différence marquée au niveau de la taille des ouvrières et de leur coloration. Voyez vous-même sur les photos !
Si certains d'entre vous se sentent de proposer une identification plus précise, n'hésitez pas à vous manifester sur le Q/R.

J'ai fabriqué pour la fondation A un petit module de fondation avec ADC intégrée, qu'elles ont l'air d'aimer puisqu'elles y ont déménagé d'elles même au bout de quelques heures.
J'ai laissé la fondation B, aux ouvrières moins nombreuses, en tube à essai.
De part cette démarche, j'aimerais également voir s'il y a une différence de "cadence" entre les fondations en tube et les fondations en module, se rapprochant un peu plus d'un environnement naturel.

Fondation A :
:arrow: Nombre d'ouvrières au 02/08/2020 : 23.
:arrow: Type de nid : module de fondation en béton cellulaire.
Fondation A : gyne, ouvrières et couvain., [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Fondation A : gyne, ouvrières et couvain.
Fondation B :
:arrow: Nombre d'ouvrières au 02/08/2020 : 5.
:arrow: Type de nid : tube à essai.
Fondation B : gyne, ouvrières et couvain., [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Fondation B : gyne, ouvrières et couvain.
Lasius sp.noires
La Renault Clio des fourmis, on en voit partout ! Elles n'en restent pas moins intéressantes à observer. J'en possède deux fondations, et une dizaine de gynes. Toutes sont à adopter, à part celle que je présente dans ce blog, donc n'hésitez pas à me contacter si vous cherchez une fondation facile sans prise de tête (oui, je me fais un peu de pub !).

Petite anecdote sur cette fondation : vous remarquerez sur les photos des ouvrières bien plus grandes que les autres. Il y a une explication à ce phénomène.
Si vous vous souvenez bien, j'ai ouvert plus tôt cette année un blog sur une fondation de Lasius parasite. J'avais récolté des cocons de Lasius sp. dans la forêt, et les avais donnés à la gyne et ses esclaves.
Pour une raison inconnue, l'expérience s'était mal terminée : les esclaves étaient léthargiques et ne s'occupaient pas des cocons, et la gyne se laissait mourir. J'avais rendu les esclaves à leur colonie mère, et relâché la gyne. Il me restait donc les cocons, qui pour la plupart avaient déjà commencé à pourrir.
Seuls 5 ou 6 étaient encore récupérables, et j'ai décidé de les donner à une de mes gynes Lasius sp. noire, récoltée lors d'un essaimage en Juin 2020.
Vous l'aurez deviné, ces 5 ou 6 cocons ont donné les grandes ouvrières que vous pourrez distinguer sur la photo ! :mrgreen:

:arrow: Nombre d'ouvrières au 02/08/2020 : 18.
:arrow: Type de nid : tube à essai.
Gyne Lasius sp., ouvrières, imagos et couvain., [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Gyne Lasius sp., ouvrières, imagos et couvain.
Messor barbarus
Fondation reçue de @Cheevi il y a une semaine. Je sais que les Messor sont, comme les Lasius sp., très communes dans nos élevages, mais les observer en train de déplacer des graînes faisant 3 fois leur taille (et leur poids) d'un bout à l'autre de l'ADC me fascinera toujours ! La fabrication du pain de fourmi est également une particularité du genre, qui, pour moi, constitue une raison à part entière de les avoir en élevage.
Peut-être suis-je le seul à le remarquer, mais pourquoi les gynes du genre Messor adoptent-elles toujours les positions les plus étranges. Je ne compte pas le nombre de fois où, en passant devant le meuble à fourmis, j'ai paniqué en pensant la gyne morte, alors qu'elle se trouve juste dans une position très étrange. On peut notamment le voir sur la photo.

:arrow: Nombre d'ouvrières au 02/08/2020 : 33.
:arrow: Type de nid : tube à essai.
Messor barbarus : gyne, ouvrières et couvain., [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Messor barbarus : gyne, ouvrières et couvain.
Messor capitatus
J'ai reçu trois fondations de cette espèce de @zampaï en Juillet dernier, mais je ne posterai ici le suivi que d'une d'entre elles.
De mon point de vue, les Messor capitatus constituent une variante un peu plus "originale" des Messor barbarus. Je les trouve également un peu plus téméraires et agressives que ces dernières.
Leur couleur est magnifique, et leur grande taille, même chez la première génération d'ouvrières, les rend très intéressantes à observer.

:arrow: Nombre d'ouvrières au 02/08/2020 : 22.
:arrow: Type de nid : tube à essai.
Messor capitatus : gyne et ouvrières autour d'une goutte de liquide sucré, lors de leur arrivée le 03/07/2020., [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Messor capitatus : gyne et ouvrières autour d'une goutte de liquide sucré, lors de leur arrivée le 03/07/2020.
Strongylognathus huberi
Peut-être l'avez-vous déjà lu, ou mieux, peut-être le suivez-vous avec un engouement inégalé ; j'ai créé pour cette espèce rare et fascinante, un suivi à part :arrow: viewtopic.php?f=52&t=31673&p=15660376#p15660376. Un niveau billet est pour bientôt !
Tapinoma sp.
Une espèce peu présente en élevage, malgré ses particularités attrayantes. Je ne parle pas là de sa subtile odeur de beurre rance, mais plutôt de ses belles couleurs et de son profil de formule 1, ou de sa croissance rapide et sa facilité d'élevage.

J'ai trouvé au début de l'été 3 gynes Tapinoma sp. J'en ai placé deux dans un même tube, et quelques jours plus tard, j'en ai ajouté une troisième. Cette dernière ne fût, j'imagine, pas très bien acceptée, puisque je l'ai retrouvée découpée en petits morceaux dès le lendemain.

Les deux gynes restantes s'entendent plutôt bien et ont créé une belle petite fondation, même si l'une d'entre elles a décidé de faire bande à part à la sortie du tube depuis quelques jours.

:arrow: Nombre d'ouvrières au 02/08/2020 : 12.
:arrow: Type de nid : tube à essai.
Ouvrière Tapinoma sp. buvant du liquide sucré., [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Ouvrière Tapinoma sp. buvant du liquide sucré.
Tetramorium sp.
Comme pour les Lasius sp. noires, je ne ferai ici le suivi que d'une seule de mes fondations. J'en ai plusieurs autres, que je souhaite également donner.

:arrow: Nombre d'ouvrières au 02/08/2020 : 6.
:arrow: Type de nid : tube à essai.

J'ai atteint la limite maximum du nombre de photos par post, pas de photos pour ces dames donc ! XD
Un grand merci à tous de m'avoir lu, n'hésitez pas à me faire part de vos questions ou commentaires dans le Q/R :arrow: viewtopic.php?f=53&t=31910.

*merci*
Dernière modification par TheoBriat33 le dim. 2 août 2020 20:06, modifié 5 fois.
Avatar de l’utilisateur
TheoBriat33
Sexué Mâle
Sexué Mâle
Messages : 494
Inscription : jeu. 11 avr. 2019 21:41
Genre :

Re: [Blog] Présentation de mes colonies & fondations

Message non lu par TheoBriat33 »

Bonjour à tous,

Il est venu le temps des cathédr... Pardon. Il est venu le temps d'actualiser ce blog.

Me revoilà donc sur le forum après pas loin de deux ans d'absence.

Je dis souvent que mon absence du monde de la myrmécologie est due à mon travail, qui me fait voyager loin de chez moi 4 jours par semaine sans rentrer à la maison (je suis conducteur routier) ; ou à des changements importants dans ma vie personnelle. Mais pour être tout à fait honnête avec vous, et même si ces paramètres rentrent indéniablement en compte, il se trouve que je change de hobby comme je change de chemise, et je passe du coq à l'âne assez rapidement, sans que je sache vraiment pourquoi.
Non pas que je laisse tomber mes colonies du jour au lendemain, mais je fonctionne en fonction de "phases" durant lesquelles la myrmécologie s'efface un peu devant d'autres passions qui resurgissent, avant que le cycle continue et que ma passion des fourmis revienne sur le devant de la scène. Et ainsi de suite.

Enfin, après cette brève aparté traitant de la possible énigme psychologique que je représente, reportons si vous le voulez bien notre attention sur ce pourquoi vous êtes ici.

J'écris donc ici un post unique pour remettre les pendules sur les "i".

Des fondations dont le suivi était effectué ici, je n'ai gardé que les Messor barbarus.
J'ai fait don de presque toutes les autres fondations, à part les Lasius sp. et les Formica sp., que j'ai relâché dans mon jardin.
Les Camponotus vagus, au même titre que les Camponotus lateralis et les Messor capitatus ont été empoisonnées par ce que j'ai conclu être une prise anti moustique laissée branchée par un membre de ma famille lors de sa visite. Il n'e m'a pas écouté lorsque j'ai dit que je n'en voulais pas chez moi, voilà le résultat ! :'(

Voici donc les colonies et fondations que j'élève, au 09/05/2022 :

Lasius cf. emarginatus
J'ai en ma possession (même si je n'aime pas trop ce mot, loin de moi l'idée de me prendre pour un dieu) deux fondations/colonies de Lasius cf. emarginatus.

L'une d'entre elles provient d'une gyne récoltée par mes soins en été 2020. Je suis à peu près certain dans ce cas d'avoir affaire à Lasius emarginatus.

La fondation ne comporte qu'une dizaine d'ouvrières ainsi que du couvain à plusieurs stades. C'est une progression plus que lente pour le genre Lasius, pour ne pas dire une stagnation. Sans nul doute à cause de ma négligence, en effet le tube a été maintenu à moins de 20°C hors diapause, et cette dernière fut un peu trop longue. Le tout cumulé avec un apport en protéine très maigre. Bref, tout l'attirail du bon père de famille qui n'a des gamins que pour les allocs. Encore que la CAF ne veut rien savoir et qu'ils ne considèrent même pas mes fourmis comme "personne dépendante". M'enfin, je m'égare.
J'ai décidé de placer le tube dans un petit terrarium semi-autonome acheté, à la base comme décoration (ma femme est ravie), dans une chaîne bien connue de supermarchés discount allemande. Ce dernier dispose de quelques plantes, ainsi que d'un substrat en terreau. J'y déverse un petit peu d'eau de temps à autre, histoire de maintenir une humidité adéquate pour les fourmis comme pour les plantes. Je dépose régulièrement un coton imbibé de liquide sucré et des insectes pour combler les besoins en protéines.
Et, ma foi, cela semble leur convenir puisque de 5 ou 6 ouvrières, elles ont doublé d'effectif et j'observe la même chose pour le couvain.

L'autre fondation, ou devrais-je dire colonie, me provient d'un don de @Mirlinn (merci à lui au passage).
Je ne suis cependant pas 100% certain d'avoir affaire à Lasius emarginatus, mais peut-être à Lasius brunneus. :think:
Je précise avant de continuer que je ne tiens absolument pas ce membre du forum comme responsable. Seul ce petit détail m'a fait sourire. Le reste n'est que malchance et complications.
Je ne me prétends pas professeur de mathématiques, mais ce généreux @Mirlinn comptait apparemment "une centaine d'ouvrières" dans cette fondation. Bon. Il s'avère que ce chiffre peut être multiplié par 5 ou 6. Au moins.
J'ai d'ailleurs développé, en collaboration avec ma femme, une technique ultra-efficace pour compter l'effectif d'une colonie (suivre impérativement les étapes suivantes) :

1) Recevoir une colonie de "100 individus environ" depuis le forum
2) S'apercevoir à la réception que les deux tubes contenant cette fondation sont pleins à craquer, et en plus complètement inondés
3) Vider ces tubes au pinceau pour sauver tout ce petit monde le plus vite possible
4) S'apercevoir que l'anti évasion choisi pour le "tupperware de sauvetage temporaire" est complètement inefficace
5) Ramasser toutes les ouvrières échappées sur la table de la cuisine, au pinceau
6) Placer les rescapées dans une petite ADC d'un site espagnol, "spécial petites espèces" avec des interstices de la taille du Queens Mary II entre chaque face (mais dont bien sûr vous ne vous rendez pas compte au préalable), connectée à un tube à essai
7) Aller se coucher à 01h00 après avoir passé l'après midi et la soirée à sauver ces demoiselles
8 ) Se faire réveiller par sa femme, le lendemain matin à 06h00, qui crie "IL Y A DES FOURMIS PARTOUT !"
9) Se lever en se cognant ce satané petit orteil sur le coin du lit
10) Constater que, oui, "IL Y A DES FOURMIS PARTOUT !"
11) Ramasser chaque ouvrière à l'aide d'un pinceau, pour les remettre dans une nouvelle ADC

A partir de là, on peut déduire le nombre d'ouvrières par la démonstration suivante

-Sachant que, avec mon pinceau, je passe environ 10 secondes pour secourir 1 ouvrière, et que j'ai passé environ 4 heures à ne faire QUE ça ; 4 heures = 21600 secondes ; 14400 / 10 = 1440 ouvrières.

CQFD. Facile, non ?

Morale de l'histoire : ne commandez jamais de nid ou ADC sur ce site espagnol bien connu, la qualité est tout bonnement infâme, et les interstices entre les éléments assez gros pour y laisser passer une gyne Camponotus vagus (j'exagère à peine !).

En attendant de réceptionner leur futur nid en pierre reconstituée, la colonie se trouve dans une grande ADC où sont posés deux grands tubes à essai.
Set-up temporaire des Lasius sp., [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Set-up temporaire des Lasius sp.
Messor barbarus

Après une diapause réussie de 4 mois, les Messor barbarus sont de retour ! L'hivernage aura coûté la vie d'une quinzaine d'ouvrières, sans doute arrivées au terme de leur courte vie, après deux ans et demi de bons et loyaux services.
La colonie se trouve maintenant dans un nid en pierre reconstituée avec ADC assortie et compte une centaine d'individus dont deux gros majors.
Nid et ADC des Messor barbarus, [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Nid et ADC des Messor barbarus
J'ai également plusieurs autres fondations et gynes, mais elles sont encore bien trop peu développées pour en faire un suivi.

Le Q/R : viewtopic.php?f=53&t=31910
Dernière modification par TheoBriat33 le lun. 9 mai 2022 21:11, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
TheoBriat33
Sexué Mâle
Sexué Mâle
Messages : 494
Inscription : jeu. 11 avr. 2019 21:41
Genre :

Re: [Blog] Présentation de mes colonies & fondations

Message non lu par TheoBriat33 »

Bonjour à toutes et à tous,

Bienvenue dans un billet rapide pour faire un petit tour de mes différentes colonies et fondations :

Camponotus aethiops
Camponotus aethiops : gyne, ouvrière et couvain, [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Camponotus aethiops : gyne, ouvrière et couvain
Bilan au 15/05/2022 : la gyne, 1 ouvrière, 1 petite grappe d'oeufs.
Camponotus cruentatus
Fondation de Camponotus cruentatus, [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Fondation de Camponotus cruentatus
Bilan au 15/05/2022 : la gyne, 7 ouvrières, quelques larves.

Veuillez m'excuser pour la piètre qualité de cette photo, le tube à essai dans lequel ces dames sont arrivées est en plastique assez opaque, et je n'ai pas forcé le déménagement.
Camponotus herculeanus
Bilan au 15/05/2022 : la gyne, 1 ouvrière, 1 cocon, plusieurs larves et une grappe d'oeufs.

Malheureusement, je ne posterai pas de photos pour le moment car le tube est trop opaque.
Lasius cf. emarginatus
Lasius cf. emarginatus : un baby-boom à prévoir !, [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Lasius cf. emarginatus : un baby-boom à prévoir !
Bilan au 15/05/2022 : la gyne, environ 300 ouvrières, gros couvain (au moins 150 naissances à prévoir dans les semaines qui viennent).
Lasius (cautolasius) sp.
Lasius (cautolasius) sp. : gyne, ouvrières et couvain, [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Lasius (cautolasius) sp. : gyne, ouvrières et couvain
Bilan au 15/05/2022 : la gyne, 6 ouvrières, oeufs, larves et cocons.
Messor barbarus
Messor barbarus : gyne, ouvrières et couvain, [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Messor barbarus : gyne, ouvrières et couvain
Messor barbarus : gyne, ouvrières et couvain II, [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Messor barbarus : gyne, ouvrières et couvain II
Messor barbarus : on peut voir une des réserves de graînes à l'arrière plan, [Blog] Présentation de mes colonies & fondations
Messor barbarus : on peut voir une des réserves de graînes à l'arrière plan
Bilan au 15/05/2022 : la gyne, environ 100 ouvrières, couvain conséquent (cf. photos, j'attends une cinquantaine de naissances dans les prochains jours).
Merci de m'avoir lu, et n'hésitez pas à réagir sur le Q/R : viewtopic.php?f=53&t=31910.

*merci* *salut*
Dernière modification par TheoBriat33 le dim. 15 mai 2022 18:20, modifié 2 fois.

Revenir à « Blogs des espèces "françaises" »